Voici la porte d’entrée, parsemée de clous dissuasifs, et de puissantes barres de sécurité à l’intérieur.

Une pierre, au-dessus du mur d’ouverture, porte les chiffres 1660. Cette date est surmontée des lettres IHS (monogramme du Christ en langue grecque), et de trois fleurs de lys. A gauche, d’autres lettres sont inscrites, dont nous ignorons la signification…M.I.C.A.S serait-il le nom du maçon responsable de la construction de la chapelle ?

Levons les yeux, au-delà des deux ouvertures circulaires (l’une contenait un vitrail, l’autre, l’ancienne horloge de l’église paroissiale), pour observer la cloche unique baptisée en 1840. Les noms de ses parrain et marraine y sont sculptés : il s’agit de M. Adrien BRAU avocat, (il est le père de François-Xavier BRAU de SAINT POL-LIAS, explorateur) et de Madame Thérèse Camille de VERNON, épouse du marquis Léon de VERNON, propriétaire du château de Seix. N’oublions pas M. Xavier BRAU, « propre maire pour la deuxième fois » !

Ouvrons maintenant la porte de la Chapelle avec la superbe clé conservée au secrétariat de la mairie.

Sur la gauche, un escalier conduit aux tribunes. Creusés dans le marbre vert de la carrière d’ESTOURS, deux bénitiers ont été fixés de part et d’autre du mur d’entrée, tandis que les portes en merisier, sculptées et classées, limitent le vestibule.

La Chapelle mesure 190 m2 au sol, et 9 mètres en hauteur. Le sol est recouvert d’un plancher en bois, offert par une bienfaitrice dont le nom Justine PUJOL-BARUT apparait sur une plaque, à l’entrée du chœur.

Richement décorés, les murs abondamment couverts des royales fleurs de lys, rappellent les litanies de la Vierge : Tour de David, Rose mystique, Etoile du matin…

Sur la clé de voûte figure « la Vierge aux sept épées » vraisemblablement peinte, ainsi que les trois toiles du retable du maitre-autel, par l’artiste Ricardo PEDOYA. Ces dernières représentent : la naissance de la Vierge, la Descente de Croix et l’Adoration des Mages.

Solidement fixé sur le plancher du choeur, le banc du maire nous rappelle la présence rituelle du premier magistrat de la commune !…

En face, au sommet de la chaire, un ange doré souffle dans sa trompette romaine… et l’on est surpris par son faciès, évoquant la sculpture catalane qui nous est si proche.

Quant aux deux Pietà, autrefois placées et vénérées à la droite de l’entrée du choeur, elles ont été mises en sureté dans l’église paroissiale.
Qui nous aidera à trouver l’origine de la plus petite d’entre elles ?

Émouvantes chapelles latérales dédiées à Sainte Anne et à Saint Joseph ! Leurs statues de style néo-classique, en terre cuite moulée, ont été réalisées dans l’atelier toulousain CONNAC.

Chacune d’entre elles, contient un confessionnal original, primé par le jury du concours annuel présidé par Bernard PIVOT en 2011, organisé par l’hebdomadaire PELERIN, et intitulé « un patrimoine pour demain». Une somme de 3500 euros nous permettra de financer en partie leur réhabilitation.

Évoquons, pour conclure notre visite d’aujourd’hui, la joyeuse fête du 8 septembre, jour anniversaire de la naissance de la Vierge. Ici-même les bergers, au retour de la transhumance, offraient, l’agneau né à la montagne, et porté sur leur cou : la vente aux bouchers du village, servait à l’entretien de la chapelle…

N’oublions pas enfin la mémoire des soldats de SEIX, remerciant Saint Joseph après le carnage de VERDUN, en 1916, ainsi que nous y invitent les deux plaques de marbre fixées de part et d’autre de sa statue.

Vous pouvez participer à la restauration de la chapelle en vous procurant, pour 26 euros, l’ouvrage retraçant l’histoire de Seix et intitulé : « SEIX en LANGUEDOC des Hommes et des Rois ».

Dédicacé par l’auteur dans le courant de l’été, il est vendu au profit exclusif de la Chapelle, d’avance merci !

livre-seix-en-languedoc-marie-azam